samedi 31 mai 2014

Brèves décousues

Elina a reçu de sa marraine Lucie un trio de Doudou fait maison pour faire de beaux rêves
Les concerts du jeudi:
A Durham il y a deux places de concert gratuit les jeudi soirs. Jeudi dernier, Alex avait un resto pour dire au revoir à son collègue et ami Britt qui est parti vivre dans le Tennessee. Nous sommes allés sur la place principale, seulement les enfants et moi.
On voit qu'on s'acculture: dans la lunch box de Corentin il m'avait demandé des "Peanut butter sandwich". Je n'avais pas pensé à amener ma chaise pliable -car maintenant nous en avons-, mais vous voyez que tout le monde apporte sa chaise.
 
Comme toujours Corentin a adoré écouter la musique et nous avons passé un bon moment.
Ce jeudi nous sommes allés à l'autre place. Il y avait une foule très dense et même plus la place pour mettre nos chaises! L'endroit est très joli, il s'agit de l'ancienne usine de tabac, reconvertie en place de promenade et de resto. C'est très agréable. J'ai assez aimé écouter un concert sous une grande tour au logo de Lucky Strike -anciennement fabriquées à Durham-. On devait y retrouver les Pilaz mais en ce moment on est un peu la famille des boulets et on arrive après la bataille. Mais restaient sur place Courtney et Thomas ainsi que Cherry et son mari, qui sont des amis de Sandrine que nous apprenons à connaître et à apprécier. Nous avons partagé leur couverture pour cette chouette soirée.



Nos petits expat jouent à "aller prendre l'avion".
Corentin a même prêté sa valise à Eléonore "parce que elle va prendre l'avion pour aller en France maman". Peu au fait de ce qui va se passer, c'est-à-dire qu'on ne va pas les voir pendant 6 semaines, Corentin trouve que les filles ont vraiment de la chance d'aller prendre l'avion. Et demande souvent quand va arriver notre tour.
Des nouvelles du climat: 
Jusqu'à il y a 15 jours, en bonne Bretonne, je transportais toujours dans le sac à langer un pull pour Corentin, un pour Elina et un pour moi. On ne sait jamais, hein, dès fois que le temps fraîchisse subitement !
Quand ceux de Corentin et d'Elina sont devenus trop petits sans que je ne leur ai mis une seule fois, j'ai compris. Je ne transporte plus de pull désormais -sauf si on va dans un magasin parce que les clims sont réglées très fraîches-.
Vivre en zone subtropicale, c'est avoir un grand soleil tous les matins, c'est se lever dans la nuit de lundi parce qu'il fait vraiment trop chaud malgré les ventilateurs, voir le thermomètre à 4h du matin et trouver 81°F (27°C) et mettre un peu de clim pour dormir en mettant le thermostat de la clim à 24°C.
Mais c'est aussi le mardi après-midi, mettre Corentin en maillot pour rejoindre Sandrine dans la piscine de sa résidence et voir la porte s'ouvrir sur une rafale de vent, rentrer les chiens en urgence et regarder le vent secouer violemment les arbres et une pluie torrentielle tomber pendant une grosse demi-heure et qui fait à peine descendre la température.
Humide, vous avez dit humide?
Visite chez Bepi
Mercredi matin nous étions invités chez Bepi, notre propriétaire et amie, avec qui j'ai des conversations français/anglais tous les lundi presque depuis notre arrivée. Elle habite une maison super dans la forêt à une vingtaine de minute de Durham. Elle a un joli potager et aussi un petit poulailler avec 3 poules. Elle a adopté 3 poussins la semaine dernière et on a pu les présenter à Corentin. Il a été très content de les voir, mais aussi tout autant content de pouvoir jouer avec une épée lumineuse jedi qui appartient à Ezra, le petit fils de Bepi. 

Bepi est une potière de talent et elle m'a offert deux magnifiques tasses qui ont changé ma vie d'amatrice de thé! Je les adore. Maintenant je peux déguster le thé envoyé par Chuty dans des tasses parfaites! Elle m'a aussi offert des coquetiers. C'est amusant parce qu'elle a habité un an en Belgique quand elle était adolescente (d'où sa pratique du français). Elle me les a donné, et bien sûr j'ai aussitôt reconnu des coquetiers. Elle m'a dit que c'est à des petits détails comme ça qu'on voit que je suis européenne: les américains demandent toujours à quoi est-ce que ça peut servir, si ce sont des bougeoirs etc.
Garden Art
Mercredi après-midi nous avons dessiné avec les craies dans le jardin. J'ai fait le contour de Corentin et puis il a dessiné les intérieurs, on a fait le contour d'Elina, on s'est bien amusé.
Corentin et Elina font de la trotinette
Un Corentin qui "Jump"
Corentin a dessiné maman à côté d'Elina
Et aussi et toujours des spectacles et des concerts maison
Chez Stéphane
Et Elina qui a déjà 11 semaines! Et qui s'entraîne. Elle fait plein de progrès de dextérité.
Et surtout un très bon anniversaire à ma Maman!

video

Mémorial Day

Héhé, pas bête, les américains. Les jours férié sont définis en fonction du jour de la semaine (dernier lundi de mai pour Mémorial Day, deuxième jeudi de décembre pour Thanksgiving...) comme ça pas de déception en début d'année du type "oh, le 1er mai est un mercredi et le 8 aussi, les ponts sont pourris". 
Cela dit, ils ont intérêt à privilégier l'efficacité parce qu'il y en a moins: 4 par an je crois (Thanksgiving, Martin Luther King Day, Mémorial Day et le 4 juillet). Heu, après vérification j'ai oublié Noël et la Saint Sylvestre. En fait il y en a 10 et 11 en France. Du coup c'est presque pareil et c'est seulement parce que ce ne sont pas les mêmes dates que j'ai l'impression qu'il y en a moins (surtout en ce mois de mai :).
Par contre les congés (en tous cas à Duke) sont accordés par heure. 
Une semaine de 40H -par convention, car les gens travaillent souvent plus-, donne droit à 2H de congé, soit environs 8H par mois (= 1 jour conventionnel). Ce qui donne 12 jours en tout par année travaillée. 
Donc les américains, et c'est bien dommage, ne peuvent pas vraiment dire: "je vais poser 3 jours de RTT pour faire quand même le pont du premier mai"....D'ailleurs alors que les vacances scolaires durent 3 mois et demi, ils ne partent en famille que quelques jours, souvent plusieurs fois. 
Le reste du temps, c'est un casse tête pour faire garder les enfants (les Summer Camp, équivalent de nos centres aérés, plutôt chers, s'arrêtent à 12h30! et apparemment il n'y a pas de colo, ou alors c'est très rare et personne de notre entourage n'y recoure).
Nous avons inscrits Corentin à trois sessions de trois jours de Summer Camp dans son école, les autres clubs (danses, musiques, sports etc) ne prenant les enfants qu'à partir de 4 ans. Je vais donc avoir trois matinée avec Elina seulement au mois de juin, je crois que j'aurais l'impression d'être en vacances, si elle y met du sien, j'ai hâte!
Bref, Mémorial Day, c'est toujours un lundi, le dernier de mai pour ceux qui ne suivent pas. 
C'est le jour de commémoration des morts à la guerre. Initialement c'était pour commémorer les morts de la guerre de Sécession, mais depuis la Seconde Guerre Mondiale c'est pour tous les morts de la guerre (Américains hein, entendons nous bien). Ils n'allaient pas ajouter un autre jour férié, faut pas déconner, autant rester efficaces.
Et les américains aiment décorer leurs jardins, leurs entrées, leurs balcons, leurs boîtes au lettres, parfois même leurs voitures, en fonction des périodes de l'année. Au moment de Mémorial Day, les rosettes et les drapeaux américains sont de sortie! Il y en a partout, la ville se pavoise aux couleurs de l'Amérique. Pour les gens qui étaient en camping, certains ont même décoré leurs emplacement. Nous n'avons pas suivi les cérémonies officielles, mais pour la plupart des gens, mémorial Day c'est plutôt gai, le temps des rassemblements familiaux et des barbecues géants. A Falls Lake certaines familles avaient apporté de quoi monter de véritables banquets avec des tables, des chaises, des nappes, des ballons...
La porte des voisins de Sandrine
Le loueur de Canoé. (Qui a aussi une pancarte intéressante: un endroit à l'ombre est défini pour laisser les chiens: "pet area")
Nous avons profité de ce lundi calme en famille.
Trempette et pique-nique à Eno River (juste à côté de la maison). 
Abi et Coline ont trouvé une petite écrevisse -américaine of course-, qui m'a rappelée les pêches miraculeuses à la nasse dans la Rozeille. Bon celle-là elle était petite et puis je ne connais pas le statut de l'écrevisse américaine en Amérique, sans doute qu'ici elle n'est pas considérée comme nuisible, alors qu'en France elle ne doit pas être remise à l'eau. Celle d'Eno River est retournée dans la rivière, grandir en paix. Ça me fait toujours bizarre ça. J'ai acquis certains réflexe écologique qui me font considérer d'emblée certains animaux comme nuisibles alors qu'ici ils sont autochtones. Chaque fois que je vois une tortue de Floride dans un parc ici je me dis "zut, encore une" alors que, c'est normal qu'elles aient la paix chez elles...
Au petit matin, je ne trouve plus vraiment "ma" place dans le lit ;)
La "bête"

Vous voyez la dame là? Elle le fait! Elle donne à boire à son chien dans une gamelle pliable, de l'eau d'une bouteille thermos à moins d'un mètre d'une rivière tout à fait propre qu'il pourrait tout à fait boire!

Maman comme plongeoir
Nous étions invités l'après-midi à une partie de "disc golf" (un truc entre le golf et le frisbee qui a l'air très marrant) mais comme on sait bien looser en famille: une tétée, une couche à changer, divers tracas au moment de partir à la dernière minute, et on est arrivé après le jeu... Voilà voilà...

Il n'y a pas d'âge inférieur pour apprendre à cuisiner le chou, n'est-ce pas?

jeudi 29 mai 2014

"Je sais ramer sans rames..."

  Ce week-end, le lundi était férié pour Mémorial Day.
C'est le week-end de camping préféré des Caroliniens, parce qu'il fait déjà très beau mais pas encore trop chaud, et c'est aussi le premier week-end des vacances scolaires pour la plupart des écoles. C'était surtout le dernier week-end disponible pour nos copains les Pilaz avant que Sandrine n'emmène ses filles re-découvrir la France pour 6 trèèèès longues semaines. Bref, on voulait aller camper.
Nous avons dû nous y reprendre à plusieurs fois parce qu'on ne trouvait pas de place en camping, tous les campsites ayant été réservés de longue date. Finalement, on a trouvé un "Hike-in campsite", c'est à dire un site de camping sur lequel les voitures sont éloignées des emplacements, et ce n'est pas très populaire ici : il y restait pleins de place. Nous même, avec tous nos petits, nous avons un peu hésité, mais finalement quel plaisir d'être loin des voitures: je pense que nous retournerons de préférence vers des "hike-in campsite" désormais. Nous avons donc passé un merveilleux week-end à Falls Lake, pour deux nuits. Nos enfants sont des campeurs dans l'âme puisque Corentin et Elina ont dormi deux nuits complètes -encore mieux qu'à la maison-. Il a fait beau, il a fait chaud (un peu comme tous les jours quoi).
Le camping est une activité très populaire ici. Il faut dire que le pays et son climat s'y prête bien. Les camping sont vraiment bien aménagés. Une chose que j'aime avec les américains, c'est qu'ils ne négligent jamais leur confort. Sanitaires impeccables, tables et bancs et bien entendu barbecue sur chaque emplacement, et tu ne complexes jamais sur la quantité de matériel que tu emportes: même si tu prends de quoi survivre un mois, ils en ont plus. Cela se voit encore plus sur un "hike-in campsite" puisque chaque nouvelle installation de campeurs donne lieu à de multiples aller-retour de toute la famille vers la voiture pour transporter une énorme quantité de matériel: glacières gigantesque qui seront réapprovisionnées en sac de glaçons (également gigantesques), couettes dans les grands paniers à linge, tentes bien sûr mais aussi fauteuils pliants etc. Les brouettes et les fameux chariots rouges sont réquisitionnés pour l'occasion. C'est très amusant. Et aussi très agréable. Parce qu'il faut dire qu'un trait culturel prédominant ici c'est que les gens sont sympas. Vraiment sympas. Aimables.

J'adore en fait. Les américains, au moins les américains du Sud Est, se parlent. Tout le temps, même s'ils ne se connaissent pas, même si on ne fait que se croiser. On échange des compliments, des plaisanteries. C'est vrai au camping, mais c'est toujours vrai: au parc, au supermarché, même dans les administrations (sauf la poste), les américains sont de ton côté et de celui de tes enfants. 
Par exemple j'avais besoin d'un certificat de naissance pour Elina, mais j'avais oublié mon passeport, je n'avais qu'une photocopie: pas de problème! "Pensez-y la prochaine fois".
J'arrive au garage pour changer mes pneus, 10mn avant la fermeture (je m'étais trompée d'heure), pas de problème, mais essayez de venir plus tôt la prochaine fois etc etc... 
Les enfants ont beaucoup de sourires, de bonjours, il suffit que Corentin fasse sa petite tête de chaton pour qu'on lui prête le jouet qu'il convoite,  au parc, à la plage etc.
La caissière fait un code spécial quand j'oublie ma carte de fidélité pour que je bénéficie quand même des réductions, et elles donnent presque toujours des autocollants à Corentin.
Les américains sont sympas et ils font tout pour se simplifier la vie et la tienne. C'est très agréable et il y a une bonne ambiance globale qui donne le sourire et aussi confiance en soi: même si je parle comme une vache, je récolte pleins de compliments :)
Si je suis assise sur un banc au parc à côté de quelqu'un, on va immanquablement se parler, ainsi qu'aux gens qui passent. Et un chien qui passe -en laisse bien sûr- sera caressé par tout le monde. 
Cet intérêt pour les autres et cette amabilité, les enfants l'ont très tôt et bien souvent ils viennent voir Elina, me disent qu'elle est "adorable". On se croirait tout le temps dans un festival de village! Ajouté au soleil au rendez-vous chaque matin c'est un peu une ambiance de vacances qui durent très longtemps.

Revenons à notre camping...
Au programme: feu de camp, grillades, salades, jeux, promenades, baignades, courtes veillées (les enfants étant exténués et donc un peu...grincheux) et le dimanche matin nous avons loué un canoé pour deux heures! Le rêve de Corentin! Nous avons alterné les passagers et les rameurs, mais ceux qui en ont le plus profité ce sont nos petits pirates: Corentin et Eléonore. Armés de leurs petits bâtons, ils ont ramés pendant presque deux heures. Comme leur langage commun se développe, nous avons l'occasion d'entendre des conversations à très haute teneur en cute attitude, comme des blagues sur le caca, ou pour savoir quel est le doudou le plus doux, échange inclu :) Comme Eléonore ajoute beaucoup de mot d'anglais, j'ai le plaisir d'entendre Corentin les réutiliser à la maison. Il me donne même des informations: "maman, ça en anglais c'est flower". Elina n'en perd pas une miette: elle suit des yeux tout ce qui se passe, souri à qui mieux mieux et s'entraîne pour pouvoir jouer avec les grands bientôt. Ce week-end elle a réussi à se retourner et elle s'entraine aussi à voler comme superman en tendant bien haut ses deux petits bras bien tendus. Elle tricote des kilomètres d'écharpes avec des aiguilles imaginaires entre ses minuscules doigts qu'elle a tout simplement le plaisir de frotter les uns contre les autres. Elle suçotte son poing fermé pour s'endormir sur une poitrine au choix.
On regarde étoiles et vers luisants entre les arbres



"C'est par là!"






  
Prêts!
  
Pédicure pour celles qui restent au sol
Après quoi il a fallut démonter et quitter notre emplacement. Mais j'avais encore envie de profiter du lac et de la fraîcheur d'une baignade alors nous sommes restés encore l'après midi pour se baigner, après une bonne sieste familiale à l'ombre. Première trempette de pied en lac pour Elina, qui trouve cela tout naturel :) Il faut préciser qu'il fait environ 30° et que l'eau est vraiment bonne. Enfin, nous avons fini notre dimanche soir en beauté en s'offrant le mythique Burger du Restau branché "Le Federal" à Durham, qui, je dois le dire, est délicieux.

* Le titre de la note fait référence à la comptine:

"Qui peut faire de la voile sans vent
Qui peut ramer sans rames
Et qui peut quitter son ami
Sans verser de larmes

Je peux faire de la voile sans vent
Je peux ramer sans rames
Mais ne peux quitter mon ami
Sans verser de larmes 

Etc..."
  
Comptine tout à fait adaptée à notre vie cette semaine car, non seulement nous avons fait du canoé, mais qui dit fin de l'année universitaire, dit aussi départ de plusieurs personnes à qui nous étions attachés, et en particulier de Karla, Rhett et leurs enfants, retournés vivre à Saskatoon près de leur famille au Canada et qui vont diablement nous manquer. Ce mois-ci les gens partent tout autour de nous et c'est bien difficile d'être -pour une fois- de ceux qui restent, sans eux.
Les petits yogi à la fête de départ de Karla